Comment survivre au travail ?

L’important sera toujours de privilégier sa santé mentale.

Extrait du livre Survivre au taf de Marie Da Sylva.

J’ai commencé un nouveau travail, il y a quelques mois. C’est mon premier vrai « job » après mes études. Je voyais ça comme le point final, la récompense après 6 ans d’études, de stages et d’expériences en France à l’étranger. J’imaginais ça un peu comme un rêve. Je voyais les collègues qui me tendaient les bras prêts à m’aider et à répondre à toutes mes questions. Je voyais le salaire mirobolant que j’allais toucher. Les sujets passionnants que j’allais aborder. Les nombreux amie.s que je me ferais sans mal au travail. Les managers avec qui je m’entendrais super bien.

Et bien sûr, rien ne s’est passé comme prévu. Mes premiers mois de travail ont été difficiles à appréhender. Comment se positionner? Comment sortir de son rôle de stagiaire et emprunter les chaussures d’une femme déterminée, qui est là pour construire sa carrière?

J’ai commencé par les vêtements. J’ai adapté ma garde-robe: talons, veste de tailleur, chemisiers en flanelle… Je suis devenue l’archétype de la femme noire « boss woman » que j’imaginais. Cela m’a aidé, au début, à passer au-dessus de mon syndrome de l’imposteur. Mais bien sûr cela n’a pas suffit.

Ce qui m’a réellement aidé c’est le temps. Mieux comprendre ce en quoi consistait mon travail. M’affirmer auprès de mon management. Me rappeler que je n’étais pas là par hasard. Oser dire non. C’est cette merveilleuse clé qui m’a permis de me sentir mieux au travail.

Vous avez le droit de dire non à votre manager, de lui dire que quelque chose ne vous convient pas. Bien sûr en restant courtois.e, mais sachez que les relations professionnelles devraient être comme les autres relations. Vous avez le droit d’être vous-même, de dire quand cela ne va pas. C’est possible d’être vrai.e au travail. C’est d’ailleurs vital si vous ne voulez pas vous retrouver à la merci des personnes qui vous demanderont sans cesse de travailler plus, sans prendre en compte votre fatigue ou vos envies.

Affirmez-vous au travail et dans la vie. Bien sûr, il y aura des conséquences. Vous risquez de ne pas rencontrer que de la bienveillance venant de vos supérieurs mais plutôt de la défiance. Mais oser s’affirmer c’est prendre des risques. Vous n’avez pas le choix. C’est la seule façon de prendre soin de vous. Personne ne le fera à votre place, et certainement pas vos managers.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.