J’écris ces mots un lundi à 2h du matin.

J’ai du mal à décrire cette sensation que mon corps ressent. C’est très bizarre. Je sens mes muscles tendus comme s’ils étaient emprisonnés. J’ai la gorge serrée comme si je m’empêchais de crier. Mais je comprend maintenant. Je suis triste. Et c’est tout mon corps qui résiste pour ne pas s’effondrer.

Pendant cette période de confinement, j’ai dû déménager. Tout quitter. Car je ne m’entendais plus avec avec ma mère. Je me suis rendue compte que l’on avait une relation que l’on peut appeler « toxique ». Et oui spoiler alert c’est possible d’avoir une relation toxique avec quelqu’un de sa famille, avec n’importe qui en fait.

A noter que personne n’est toxique en soit. Ma mère n’est pas toxique, mauvaise ou méchante. Tout comme moi je ne suis pas parfaite. Ce qui peut être toxique c’est les relations, c’est la forme et le fond des échanges entre deux personnes. C’est la personnalité d’un individu ou la dynamique d’une relation qui va réveiller des traits de caractères en nous ou des émotions que l’on n’a pas envie de ressentir : le stress, la peur, le manque de contrôle… Quand on échange avec cette personne, on a l’impression de devoir devenir quelqu’un d’autre pour être accepté, pour être aimé.

Le problème avec les relations toxiques familiales c’est qu’elles impactent toutes nos autres relations. Si on accepte que nos besoins sont moins importants, que l’on ne mérite d’être aimé que lorsqu’on agit d’une certaine manière au sein même de notre famille alors on recrée cela dans nos autres relations. Amicales, professionnelles, amoureuses. On continue à croire cette idée que l’on ne peut pas être aimé à 100%. Que l’on ne peut pas être aimé si l’on est 100% soi-même. C’est presque plus facile d’accepter le fait qu’on doit devenir une autre personne pour être aimé que de poser des limites et de décider qu’on mérite mieux.

Le dernier problème spécifique aux relations toxiques familiales c’est l’habitude. L’habitude depuis des années de ne pas être aimé inconditionnellement. De n’être aimé que si l’on est « gentille » et qu’on fait ce que nous demande même si l’on a pas envie. On a tellement l’habitude qu’on croit que l’amour inconditionnel ne peut pas exister, que c’est un mythe. Mais c’est faux. Ça a été dur pour moi de comprendre cela mais j’ai réussi. J’ai réussi à poser des limites et m’y tenir. J’ai réussi à apprendre à m’aimer inconditionnellement. Et je peux te l’apprendre aussi.

Je peux t’apprendre à croire en toi et à développer l’énergie nécessaire pour sortir d’une relation toxique, pour créer un quotidien qui te plaît. Un quotidien où tu oses dépasser tes peurs et lancer les projets qui te tiennent à cœur. Ose! Ose me rejoindre.

On commence le 22 avril. Les inscriptions seront possibles à partir du 15 avril 2020. Si tu veux apprendre à t’aimer, sans limites, sans conditions, rejoins-moi!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.